Today's Classical Music Video

Thursday, May 13, 2010

Eugen Jochum Conducts Bruckner / Eugen Jochum dirige Bruckner



When I was young and discovering the wonders of Bruckner symphonies the name of Eugen Jochum (1902-1987) had very special significance. He recorded all the Bruckner symphonies for Deutsche Grammophon with either the Berlin Philharmonic or the Bavarian Radio Symphony, and these performances were considered to be definitive. He was the first conductor of the Bavarian Radio Symphony in Munich and made this orchestra a superb ensemble, second only to the Berlin Philharmonic in Germany. He also had a long association with the Concertgebouw Orchestra in Amsterdam.

During a U.S. tour by Jochum and the Bamberg Symphony I tried to arrange a radio interview with the great conductor. The only opportunity that could be found was during the orchestra's bus trip from New York to Lancaster, Pennsylvania. Not the best arrangement but at the time I thought it was worth the effort. So there I was, tape recorder in hand, sitting next to Eugen Jochum as we made our way out of New York City, through the Holland Tunnel and along various interstates to Lancaster. It was a memorable experience but perhaps most of all because the road noise was so loud I ended up with nothing that could be used for broadcast. Fortunately, the concerts were wonderful—a noble Brahms First Symphony at Carnegie Hall and Beethoven's Eroica Symphony in Lancaster.

This video documents Jochum's interpretation of Bruckner's Symphony No. 7, the work with which he made his conducting debut in 1926. In the video he conducts the Bavarian Radio Symphony. Jochum emphasized the spiritual side of Bruckner but also fully realized the drama in the music. If you have ever wondered what Wagner tubas look like there is a good shot of them near the beginning of this performance of the second movement. They are seated next to the double basses.

***

Quand j’étais jeune et émerveillé  par la découverte des symphonies de Bruckner, le nom d’Eugen Jochum (1902-1987) avait une grande résonnance. En effet, il avait enregistré toutes les symphonies de Bruckner pour Deutsche Grammophon, soit avec la Philharmonie de Berlin, soit avec l’Orchestre symphonique de la radio de Bavière, et ces interprétations étaient considérées comme définitives. Tout premier chef de la formation bavaroise, il avait fait d’elle un ensemble magnifique, surpassé en Allemagne uniquement par sa rivale berlinoise. Jochum a également été longuement associé au Concertgebouw d’Amsterdam. 

Pendant une tournée américaine de la Symphonie de Bamberg sous la direction de Jochum, je désirais obtenir une entrevue radiophonique avec le grand chef. On a fini par me laisser l’interviewer pendant le trajet de l’orchestre en autocar de New York à Lancaster, en Pennsylvanie. Ce n’était pas idéal, mais on ne pouvait faire mieux. J’ai pris place aux côtés d’Eugen Jochum avec mon magnétophone, alors que nous filions par monts et par vaux. Une expérience mémorable, mais il y avait tant de bruit ambiant que mon enregistrement était inutilisable. Heureusement, les concerts eux-mêmes étaient merveilleux : une majestueuse Première Symphonie de Brahms à Carnegie Hall et une splendide Symphonie Héroïque de Beethoven à Lancaster. 

Ce vidéoclip documente l’interprétation de la Septième Symphonie de Beethoven, l’œuvre qui a marqué les débuts de Jochum sur le podium en 1926. Ici, il dirige l’Orchestre symphonique de la radio de Bavière. Jochum soulignait le côté spirituel de Bruckner, mais sans oublier le sens dramatique de la musique. Si vous vous demandiez à quoi ressemblent les tubas wagnériens, observez-les au début du deuxième mouvement, tout près des contrebasses. 

- Paul E. Robinson; Traduction par Anne Stevens

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home