Today's Classical Music Video

Saturday, February 6, 2010

Munch Conducts Berlioz / Munch dirige Berlioz



The Boston Symphony is enjoying a rebirth these days under James Levine - at least when he is healthy, which has not been often in the past few years. But we sometimes forget that it has been a great orchestra for a very long time, and under a variety of conductors. One of the most underrated was Charles Munch (1891-1968). Especially in the French repertoire he could tremendously exciting.

In this video he conducts the last movement from Berlioz' Symphonie Fantastique in a performance given in 1962, the year he resigned from the BSO. Munch takes incredible liberties in tempo and the Boston Symphony players are absolutely on fire. Note the spectacular brass playing. The trumpet section led by the legendary Roger Voisin and Armando Ghitalla is amazing. I always admired the sound of the Boston trumpets and their style of playing. They had a unique combination: dexterity - absolutely critical in French music, beauty of sound, and a weight of sound usually associated with German orchestras. When I spoke to Ghitalla about this he said that the secret was the use of 'C' as opposed to the 'B Flat' trumpets that almost every other major orchestra used. Whatever the reason, in this video you will hear something special.

At his best, Munch was a conductor of fire and imagination and this is a good example. Incidentally, in his youth Munch was concertmaster of the Leipzig Gewandhaus Orchestra under Furtwangler. Not surprisingly, he was very much at home in German repertoire too, especially Brahms and Bruckner.


***
 
L’orchestre symphonique de Boston jouit d’une renaissance ces jours-ci avec son chef d’orchestre James Levine, du moins lorsqu’il est en santé, ce qui n’a pas souvent été le cas ces dernières années. Nous oublions parfois que l’OSB est un grand orchestre de longue date qui a connu une variété de chefs d’orchestre. Charles Munch (1891-1968) fut l’un des chefs d’orchestre de l’OSB les plus sous-estimés. Il pouvait être tout à fait passionnant, surtout avec les oeuvres du répertoire français. 

Dans ce vidéoclip, il dirige le dernier mouvement de la Symphonie fantastique de Berlioz dans un concert donné en 1962, l’année où il démissionna de l’OSB. Il se permet de prendre des libertés incroyables en ce qui concerne le tempo et les musiciens de l’OBS sont en grande forme.

Remarquez comment les cuivres sont spectaculaires. La section des trompettes menée par les légendaires Roger Voisin et Armando Ghitalla est incroyable. J’ai toujours admiré le son des trompettes de cet orchestre et leur façon de jouer. Ils avaient une combinaison unique : la dextérité (qui est absolument essentielle dans la musique française), un son mélodieux et aussi un son puissant que l’on associe habituellement aux orchestres allemands. Lorsque j’en ai parlé à M. Ghitalla, il m’a répondu que tout était dans le jeu des trompettes. Elles jouaient en « do » et non en « si bémol » comme le font presque tous les autres grands orchestres. Quelle que soit la raison, dans ce vidéoclip vous allez entendre quelque chose de spécial.   

À son meilleur, Charles Munch fut un chef d’orchestre d’une grande intensité et d’une grande imagination et ce vidéoclip en est un bon exemple. D’ailleurs, dans sa jeunesse, M. Munch était premier violon de l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig dirigé par Furtwangler. Il va sans dire qu’il fut aussi très à l’aise avec le répertoire allemand, surtout Brahms et Bruckner.  

- Paul E. Robinson; Traduction par Robert Scott

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home